Société Archéologique  du Midi de la France
FacebookFlux RSS
Accueil > Séances > Comptes rendus des séances de l’année > JOURNÉE FORAINE DU 13 OCTOBRE 2018 : À LAGRASSE

JOURNÉE FORAINE DU 13 OCTOBRE 2018 : À LAGRASSE

separateur

Journée foraine à Lagrasse, samedi 13 octobre 2018, 10h-17/18h.

Visite du bourg et de la maison du patrimoine sous la conduite de Julien Foltran. A 11h visite de l’abbaye du côté des chanoines sous la direction de Nelly Pousthomis, puis après le déjeuner, reprise de la visite du bourg, puis de l’abbaye, cette fois du côté du Conseil départemental.

L’abbaye de Lagrasse s’élève dans la vallée de l’Orbieu, dans le nord du massif des Corbières, à 35 km au sud-est de Carcassonne. Fondée par Charlemagne sur la base d’un ermitage sous l’autorité de Nimfridius, compagnon de Benoît d’Aniane, elle bénéficie d’un fonds documentaire exceptionnel et continu, et offre un remarquable ensemble, vaste et complexe, de constructions échelonnées dans le temps et dans l’espace, scindées en deux propriétés distinctes depuis la Révolution. Sur la rive droite de l’Orbieu, le village conserve plusieurs dizaines de maisons des XIIIe et XIVe siècles, ainsi que des édifices remarquables comme le pont vieux, l’église paroissiale, la halle.
Avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires culturelles, du Département de l’Aude, de la SCI Abbaye de Lagrasse et de la municipalité de Lagrasse, une équipe interinstitutionnelle de chercheurs a mené un programme collectif de recherche centré sur l’abbaye, sous ses aspects historiques, architecturaux et archéologiques (2007-2012, Universités de Provence-LA3M, Montpellier3 et Toulouse-Jean Jaurès -TRACES et Framespa-Terrae), puis, plus largement, sur le bourg et le terroir (2013-2017, Université de Toulouse-Jean Jaurès, TRACES et Framespa-Terrae).

L’équipe a mené des recherches en archives, réalisé un grand nombre de relevés, conduit une étude architecturale avec les méthodes de l’archéologie du bâti, effectué des campagnes de sondages, de fouilles et de prospections radar dans les bâtiments et dans l’enclos monastiques ainsi que dans le bourg, et des prospections pédestres dans le terroir. Elle a, tout au long de ces années, assuré un suivi des travaux menés dans l’ensemble du complexe monastique et dans l’espace urbain. Outre les rapports annuels, une publication a dressé en 2013 un premier bilan du travail accompli. Divers articles sont prévus pour rendre compte des avancées et découvertes depuis cette date.

L’abbaye conserve de rares témoins de constructions des 9e-10e siècles, un bras de transept des années 1050 et des sculptures erratiques du 12e s. Une grande campagne de travaux a été menée par l’abbé Auger de Gogenx (1276-1309) à qui l’on doit non seulement une chapelle abbatiale peinte et sculptée mais aussi une refonte complète du palais abbatial, une reconstruction du cloître et du dortoir. L’église a été en grande partie rebâtie à l’époque gothique, probablement vers la fin du 15e s. et des travaux d’embellissement ont été commandés par l’abbé Philippe de Lévis (1501-1537). Réformée par les Mauriste en 1662, ces derniers ont reconstruit au 18e s. une grande partie des bâtiments monastiques, le cloître et les ailes qui encadrent la cour et l’avant-cour.

L’agglomération, sur la rive opposée de l’Orbieu et accessible par un ancien pont fortifié, n’apparaît dans les sources qu’à la fin du XIIIe siècle, à une époque où elle semble déjà très importante et dotée d’institutions comme le consulat. Plusieurs dizaines de maisons en pierre de taille datables de la fin du XIIIe-début du XIVe siècle y sont encore conservées, indiquant une période de dynamisme.

Le marché de Lagrasse, se tenant sous la halle édifiée par l’abbé Auger de Gogenx, était d’ailleurs le plus important des basses Corbières. Au début de l’époque moderne, la ville était encore prospère, en témoigne la douzaine de demeures décorées de riches plafonds peints étudiés ces dernières années par l’association internationale de Recherche sur les Charpentes et Plafonds Peints du Midi (RCPPM). Des planches issues de quelques-uns de ces plafonds malmenés sont aujourd’hui restaurées et exposées dans la Maison du patrimoine.
Cette décennie de recherche a permis d’éclairer les traces de l’histoire mouvementée de cette abbaye très puissante, dont les bâtiments ne se laissent pas facilement appréhendés, et de la ville voisine, l’une des plus grandes agglomérations médiévales des Corbières.
Nelly Pousthomis-Dalle (Université Toulouse-Jean Jaurès, UMR 5608-Terrae, responsable du PCR), et Julien Foltran (Hadès-archéologie) pour le collectif de recherche.

Plan de 1675

lagrasse-plan1675.pdf (PDF - 265.2 ko)
lagrasse-plan1675.pdf

 

 

 

 

Plan d’ensemble

plan_rdc-nb-200e-sept2012-h_hansen.pdf (PDF - 1.4 Mo)
plan_rdc-nb-200e-sept2012-h_hansen.pdf

 

 

 

 

 

 


Haut de page