Société Archéologique  du Midi de la France
FacebookFlux RSS

SÉANCE DU 20 NOVEMBRE 2018

Séance privée
separateur

Communication longue de Françoise Merlet-Bagnéris : "Le Montement de la cathédrale Saint-Étienne : architecture et mise en scène".

A partir du XIIIe siècle, les fondations de confréries en l’honneur de la Vierge se succèdent au monastère de la Daurade ; parmi elles celle de l’Assomption aurait été transférée de la Daurade à la cathédrale en 1487 par l’archevêque Pierre de Rousergue puis rétablie dans son lieu d’origine, donnant naissance alternativement à deux cérémonies rivales.
Transept sud de l'église de la Daurade, premier étage : “boîte à apparition” de la Vierge parée ? Le Montement consistait, à Toulouse comme dans de nombreuses églises de la région, à élever une statue de la Vierge en majesté le 15 août au milieu des chants et de confrères déguisés en anges, apôtres, etc..., élévation précédée ou non par une procession dans la ville, la statue restant exposée plusieurs jours à la vénération des fidèles.

Le but de cette communication ne sera pas de retracer l’histoire complexe des relations entre ces deux lieux de dévotion ; ce sera plutôt de découvrir ou redécouvrir par les images des locaux très difficilement accessibles : soit le siège de la confrérie de la cathédrale avec ses trois salles devenues réserves, soit l’étroit dédale de couloirs de la Daurade propre à des déplacements très limités.

 

Nous tenterons de restituer les autels, trappes, placards, coffres de vêtements, mobilier propres aux mises en scène, les cérémonies bien documentées de la cathédrale au XVIIe siècle surtout pouvant éclairer celles de la Daurade remises à l’honneur durant le dernier quart du XIXe siècle grâce à la protection du pape.
Avec leurs différences, elles prouvent la continuité d’une vénération toulousaine vivante jusqu’à une date proche.

 

 

 


Haut de page