Société Archéologique  du Midi de la France
FacebookFlux RSS

SÉANCE DU 04 MAI 2021

Séance privée
separateur

Communication de Valérie Rousset : La grange cistercienne de Naucelle (Aveyron)
Séance en visio-conférence.

La grange de Bonnefon, au centre d’un grand domaine agricole de l’abbaye cistercienne de Bonnecombe fondée en terres rouergates par Raymond V, comte de Rouergue, et Hugues, évêque de Rodez en 1167, est un bâtiment roman du dernier quart du XIIe siècle (datation 14C de 1160 + 30 ans) caractérisé par une construction en briques épaisses (5,5 cm à 8 cm d’épaisseur) pouvant provenir du four d’un atelier découvert à quelques dizaines de mètres.
La production et l’utilisation de la terre cuite, exceptionnelle en Aveyron, s’explique par le substrat d’argiles à graviers du site, favorable à la culture des céréales et qui pourrait justifier l’implantation même du bâtiment. Ce grand quadrilatère de 130 m2 de superficie en grande partie détruit en 1964 – ne sont conservés que deux murs - s’élevait sur trois niveaux : on peut présumer que le rez-de-chaussée et le premier étage étaient voués aux fonctions agricoles liées au stockage des récoltes et que le second étage correspondait au logement. Cette grande construction qu’entourent deux levées de terre suggérant l’emprise d’une enceinte ou de bâtiments annexes, évoqués par une vue cavalière de 1667, conserve malgré sa ruine les traces d’un plafond et d’un enduit roman. La tour accolée à l’angle nord-est est peut-être due à une phase de construction dans le second quart du XVe siècle et comporte dans son niveau inférieur un espace de type silo qui l’apparente à une tour-grenier. Des traces conservées dans la construction de brique appartiennent sans doute à des travaux conséquents réalisés au XVIIIe siècle qui ont modifié le niveau du plafond du rez-de-chaussée et subdivisé en trois parties cet espace développé en un seul espace.

 

Communication de Gilles Séraphin : Nicolas Bachelier à Bruniquel (Tarn-et-Garonne)
Séance en visio-conférence.

Le château de Bruniquel a bénéficié d’importantes transformations après l’époque médiévale. Contrairement à ce que l’on a pensé jusqu’à présent, les indices stylistiques montrent qu’une part importante de ces transformations est à attribuer au second tiers du 16e siècle plutôt qu’aux siècles suivants. C’est le cas notamment de la tour d’escalier du « Château-Vieux » et de la grande galerie nord ouvrant sur la vallée de l’Aveyron. Les similitudes précises que ces deux ouvrages présentent avec les formes observées au château de Pibrac ou avec le portail de l’hôtel de l’Esquile à Toulouse suggèrent de les rapprocher de l’œuvre de Nicolas Bachelier ou de son entourage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Haut de page